Pourquoi devient-on obèse ?

Français
English

Notre métabolisme est régulé par une « balance énergétique » : avec d’un côté « les apports énergétiques » influencés par les prises alimentaires et de l’autre côté « les dépenses énergétiques » influencées par notre métabolisme de repos, la dépense énergétique liée à notre activité physique quotidienne, et l’effet thermique des aliments. L’obésité provient d’un déséquilibre de cette balance, issue d’une augmentation des apports et une diminution des dépenses. Ce déséquilibre peut être transitoire, mais dans le cas de l’obésité, celui-ci s’installe dans le temps et devient chronique. Outre l’augmentation des apports énergétiques et la diminution de la dépense énergétique, il existe plusieurs facteurs qui influencent la prise de poids :

Depuis plusieurs années notre mode de vie a complètement évolué. Nous utilisons de plus en plus des moyens de transports motorisés pour nous déplacer, le travail et les loisirs sont de plus en plus sédentaires (Télévision, ordinateur…), ce qui tend à diminuer nos dépenses énergétiques. A l’opposé nos apports énergétiques tendent à augmenter, dû à une alimentation trop riche, trop dense en calories, l’augmentation des portions, la consommation excessive de soda, d’alcool. La sollicitation alimentaire est omniprésente autour de nous (publicité, grandes surfaces, distributeurs…), ce qui peut nous inciter à manger « sans avoir faim ».

On peut observer une prise de poids lors d’évènements entrainant des dérèglements hormonaux (grossesse, ménopause, arrêt du tabac non accompagné de mesures adaptées…) Certain médicaments favorisent également une prise de poids (les neuroleptiques, les antidépresseurs, les corticoïdes…). Et enfin certaines maladies endocriniennes peuvent être à l’origine d’une prise de poids : hypothyroïdie, …

Dans certaines situations psychologiques conflictuelles, frustrantes ou dévalorisantes (stress au travail, conflit conjugal, familial…), certaines personnes vont avoir tendance à compenser dans l’immédiat ces situations par un excès de prise alimentaire. Cette compensation peut s’installer dans le temps et amener vers des troubles du comportement alimentaire (impulsivité alimentaire, compulsions alimentaires, hyperphagie boulimique…). Les troubles anxio-dépressifs et les périodes de vulnérabilité psychologique ou sociale (chômage, décès…), peuvent également favoriser une surcharge pondérale.

On sait qu’il existe des « terrains propices » au développement d’une obésité. En effet un enfant aura 40% de risques de développer un surpoids ou une obésité si l’un des deux parents a des problèmes de poids et 80% de risque si les deux parents sont en surpoids et/ou obésité. De même un enfant en situation de surpoids et/ou d’obésité à plus de risque de l’être également à l’âge adulte.

Publié le 10/08/2016